Side Navigation

Chronique France Bleu : L’Ile Interdite

L’exploration va être risquée… Il va falloir mettre en commun les compétences de l’équipe pour espérer réussir. Coopérer ou périr.

Installation du décor

Venir sur cette île chercher la fortune et la gloire semblait une bonne idée. Maintenant que vous savez qu’elle faisait partie de l’empire des Atlante, et que vous connaissez la légende qui l’entoure, vous n’êtes plus très sûrs…Vous avez raison : l’île commence à s’enfoncer dans la mer !
Il va vraiment falloir être efficaces pour récupérer les quatre inestimables trésors puis rejoindre l’hélicoptère avant que l’ile ne soit complètent engloutie. Bien entendu, on ne laisse personne derrière, il n’est pas question de sacrifier un membre de l’équipe !

L’Ile Interdite est donc un jeu coopératif : tout le monde gagne ou perd ensemble.
Le jeu a été créé par Matt Leacock, illustré par Chris Canga et est édité par Cocktail Games
Il se joue en 30 minutes, de 2 à 4 joueurs et joueuses ayant 10 ans ou plus.

Préparation du matériel

En ouvrant la superbe boite en métal embossée, vous trouvez :

  • 24 tuiles Ile représentant les différents Lieux de l’Île (Le Rocher Fantôme, Les Falaises de l’Oubli, le Temple de la lune, etc.)
    Chaque tuile possède un côté Sec et un côté Inondé.
  • 28 cartes Trésor avec sur chacune d’elle soit l’image d’un des trésors (Pierre Sacrée, Statue de Zéphyr, Cristal Ardent, Calice de l’Onde), soit une Action Spéciale (bénéfique pour l’équipe), soit une Montée des Eaux (problématique pour l’équipe).
  • 24 cartes Inondation indiquant quelle partie de l’île s’enfonce dans la mer. Il y en a une pour chaque Lieu.
  • Des pions pour représenter les joueurs et les trésors.
  • Une piste de danger indiquant la vitesse à laquelle l’île s’enfonce dans la mer.
Tout le monde se met en place

On constitue l’île en piochant les 24 tuiles Île au hasard et en les disposant côte à côte pour former une sorte de carré.
Chaque tuile va ainsi toucher 2, 3 ou 4 autres tuiles.
Les pions des joueurs pourront parcourir l’île en passant d’une tuile à une autre si elles se touchent par un bord.

Chaque joueur·se choisit un des 6 personnages (Explorateur, Pilote, Plongeur, Messager, Ingénieur, Navigateur) et le place sur la tuile de départ lui correspondant (identifiable grâce à son pion représenté sur la tuile).
Chaque personnage a une capacité spéciale permettant d’être plus efficace sur un type d’action (se déplacer plus facilement, déplacer les autres, assécher plus facilement )

On forme une pioche avec les cartes Trésor, une pioche avec les cartes Inondation et on positionne le marqueur de Danger au niveau de difficulté souhaité pour débuter la partie.

Puis l’île commence à sombrer : on titre 6 cartes Inondation, et les 6 Lieux correspondant sont retournés sur leur face Lieu Inondé.
Au cours du jeu, si on pioche la carte d’un Lieu déjà inondé, ce lieu est retiré, créant ainsi des « trous » dans le terrain, et rendant ainsi les déplacements plus difficiles.

Action !

A son tour, un joueur réalise 3 actions, puis tire 2 cartes Trésor puis autant de cartes Inondations qu’indiqué par la piste de Danger.

Les actions possibles sont :

  • se déplacer sur un Lieu adjacent, Sec ou Inondé (jamais en diagonale)
  • assécher un Lieu inondé : le retourner sur sa face Lieu Sec
  • donner une carte Trésor à une personne se trouvant sur le même Lieu que soi
  • récupérer un des 4 trésors.
    Pour récupérer un trésor, un joueur doit avoir 4 cartes identiques représentant ce trésor, et se trouver sur un des 2 Lieux correspondant à ce trésor (le trésor est indiqué sur la tuile).

Le joueur pioche ensuite 2 cartes Trésor et les mets devant lui face visible. Il peut en posséder jusqu’à 5. Ensuite il faudra choisir lesquelles conserver et lesquelles défausser.

Parmi les cartes Trésor, il y a aussi des cartes Action Spéciale (qui aident les explorateurs à agir) et des cartes Montée des Eaux.
Et c’est là que les ennuis commencent…
Quand une carte Montée des Eaux est piochée, on mélange les cartes Inondation déjà jouées à la pioche, puis on augmente d’un cran le niveau de Danger, ce qui va augmenter le nombre de cartes Inondation piochées à la fin de chaque tour.
Les inondations vont donc s’accélérer, et les Lieux de l’Île sombrer de plus en plus rapidement.

L’unique façon de gagner la partie est de récupérer les 4 trésors et de tous et toutes se rejoindre sur la tuile Héliport.
De fait, si les 2 Lieux d’un trésor sont engloutis, si l’Héliport est englouti, ou si une des personnages se fait surprendre et sombre avec un Lieu, c’est perdu !

De l’émotion

Au cours du jeu, les sensations sont au rendez-vous : la joie collective d’avoir réussi à récupérer un trésor qui semblait inaccessible, la crainte qu’un Lieu essentiel ne sombre trop rapidement, la satisfaction d’avoir maintenu à flot les parties de l’ile, etc.

L’intensification du danger est vraiment perceptible. Plus la partie avance et plus chaque action devient cruciale.
Les joueurs et joueuses vraiment vont devoir se coordonner et anticiper les risques afin d’espérer s’échapper de l’Ile avec les 4 trésors !

Des épisodes variés

L’Ile Interdite propose une grande rejouabilité : le fait de placer les Lieux aléatoirement et de choisir des personnage différents rendent les parties très variées.

Il est également possible de moduler la difficulté en position le niveau initial de la piste de danger, ou en modifiant la forme de départ de l’ile grâce à des variantes proposées par l’éditeur ou par des fans.

Docu-fiction

Fidèles à notre vision, nous trouvons que, comme tous les jeux, L’Ile Interdite peut être utilisé sous un angle pédagogique :

  • Communication au sein de l’équipe.
  • Coopération, renforcement d’esprit d’équipe : répartition des actions et des cartes Trésor.
  • En entreprise, une rethématisation peut permettre de réfléchir à l’optimisation d’un processus : les Lieux deviennent des étapes du processus, l’Inondation devient la consommation de ressources nécessaires à la réalisation d’une étape (papier, encre, béton, matériel informatique, etc.) et les Trésor des objectifs à atteindre (publication d’un livre, construction d’un bâtiment, création d’un logiciel).

Vous pourriez aussi aimer