Side Navigation

Chronique France Bleu : MicroMacro – Crime City

Détail du poster Sens du détail et déduction sont vos armes pour combattre le crime. Quand « Où est Charlie ? » rencontre « Sherlock Holmes ».

Matricule

MicroMacro – Crime City est un jeu créé et illustré par Johannes Sich, édité par Edition Spielwiese, et distribué par Blackrock Games.
Il est jouable de 1 à 4 joueurs, à partir de 8 ans, pour des parties qui durent entre 5 et 30 minutes (en fonction de la complexité de l’enquête … et des capacités des détectives).

C’est un jeu coopératif d’observation et de déduction qui se joue à l’aide d’un grand poster (75 x 110 cm) qui représente une ville avec ses habitants qui y évoluent, de 120 cartes réparties en 16 enquêtes et d’une loupe pour que les détectives aux yeux fatigués par des années de service puissent étudier les détails sur le poster.

Ouverture de l’enquête

Une fois l’équipe de détectives recrutée, on installe le poster sur une surface qui permettra à tout le monde de pouvoir l’étudier facilement : une table, par terre, sur un mur, peu importe tant que c’est bien éclairé.

L’équipe décide quelle enquête elle souhaite prendre en charge. Le dossier de l’assassinat de Mr Cat a sérieusement secoué l’équipe, peut-être qu’élucider un vol de chapeau lui ferait le plus grand bien…

Un des joueurs endosse le rôle du détective en chef. Il prend l’enveloppe contenant les cartes de l’enquête, échange un regard intense en gros plan à chaque détective, puis le générique se lance sur un fondu au noir.

Déroulement de l’intrigue

Le détective en chef sort les cartes de l’enveloppe.

La première carte décrit le contexte de l’enquête et les premiers éléments pour nous aider à débuter. Par exemple “En arrivant au bar de son quartier, José Branca remarque que son chapeau haut de forme a disparu. Le bar se situe à l’Est de la ville, entre le parc Neptune et la quincaillerie.” (Soyez rassurés, ceci est l’enquête d’initiation. Divulguer des informations à propos d’un des 16 scénarios, c’est ce qui a valu des palmes en béton à Tony le Truand. Il a eu quelques difficultés à nager avec…)

Sur chacune des autres cartes sont indiquées des missions qu’il va falloir résoudre pour progresser dans l’enquête. Par exemple,  “Trouver le bar”, puis “Que s’est-il passé sur le chemin?”, ou encore “Où se trouve l’arme du crime?”.
Au dos de chaque carte se trouve la réponse à la question afin de vérifier les réponses apportées par l’équipe de détectives.
On ne révèle la carte suivante que lorsqu’on a collectivement trouvé la bonne réponse à la mission en cours.
Seul le détective en chef lit la réponse donnée au dos de la carte afin que le reste des joueurs et joueuses puissent continuer à chercher dans le cas où la réponse proposée n’est pas la bonne.

La partie se termine lorsque les détectives ont répondu correctement à toutes les cartes de mission.

Techniques d’investigation

Pour trouver les réponses aux missions, comme dans un livre de la série « Où est Charlie ? », il va falloir chercher sur l’immense poster hyper-détaillé en observant les personnages et leurs alentours, et en remontant le temps.
En effet, les personnages sont représentés plusieurs fois pour représenter des moments différents de leur journée. En suivant leur parcours à travers la ville, on avance ou on remonte dans le temps. Cela permet de les voir effectuer des actions, interagir avec d’autres personnages, et ainsi reconstruire le dossier et résoudre l’enquête.

Il est possible de moduler la difficulté du jeu en utilisant différentes variantes de règles pour répondre aux cartes mission:

  • répondre aux questions une par une, en vérifiant la réponse à chaque fois,
  • répondre aux questions une par une, sans vérifier les réponses,
  • ne regarder les questions (et vérifier les réponses) que lorsqu’on pense avoir résolu la totalité de l’enquête.

Durant la partie (surtout avec la dernière variante), on a vraiment l’impression de mener une enquête car on cherche les personnages dans la ville (la victime qui est présentée sur la première carte, un suspect qu’on a identifié, etc.), puis on essaye de reconstituer leur journée. Par où la victime est-elle passée ? Quelles actions a-t-elle réalisées ? Ce personnage l’angle de la rue est-il impliqué dans l’affaire ? Et d’ailleurs que faisait-il plus tôt dans la journée ?
Les joueurs et les joueuses émettent des hypothèses, imaginent les motivations des protagonistes, argumentent pour prouver ou innocenter, bref tout le monde se raconte des histoires.

Sous couverture

Vous nous connaissez, chez Chrysalude, nous imaginons des utilisations pédagogiques à tout ! MicroMacro n’y échappe pas et voici quelques-unes des compétences qu’il peut aider à développer  :

  • Concentration : suivre le parcours d’un personnage d’un bout à l’autre de la ville
  • Observation : lister un ensemble d’objets à trouver dans un temps limité
  • Renforcement d’esprit d’équipe :
    • en donnant à chacun·e seulement une partie du poster
    • en répartissant le travail : celui qui cherche les personnages, celle qui propose les hypothèses, celui en charge du nord de la ville, etc.
  • Créativité : créer ses propres enquêtes, en observant la carte et en inventant une histoire pour un personnage
  • Vocabulaire : les joueurs doivent décrire les situations avec les mots les plus précis possibles
Allez les bleus !

Si vous souhaitez débuter une carrière de détective et découvrir le jeu, un scénario est disponible en ligne. Il a spécialement été crée et ne divulgue aucun des 16 scénarios de la boite de jeu, alors foncez !

Vous pourriez aussi aimer